Class Notes (838,987)
Canada (511,153)
Communication (1,829)
CMN1548 (4)
Lecture

Bloc 2

41 Pages
92 Views
Unlock Document

Department
Communication
Course
CMN1548
Professor
Luc Bonneville
Semester
Fall

Description
Comment « voir » la communication  Et l’organisation 2013­10­07 Voir (observer) l’organisation et la communication c’est d’abord essayer de les comprendre Ce qu’est la recherche universitaire… La recherche est une construction à long terme, tel un édifice auquel participent plusieurs architectes (des  chercheurs) …dans le but de contribuer à l’avancement des connaissances Concrètement, c’est quoi la recherche universitaire? La recherche scientifique? « La recherche scientifique, que ce soit dans le cadre d’un mémoire, d’un thèse ou toute autre forme de  travail à caractère académique, consiste, à partir d’une interrogation, d’une énigme, d’une insuffisance de  compréhension d’une phénomène, d’un vide dans une théorie…à construire une articulation complète de  cette interrogation… » Toutes questions va nécessiter l’utilisation d’une méthodologie pour y répondre… Les questions qui sont posées par le chercheur en CO Quand le phénomène se produit­il? Où? Combien de fois? Qui est concerné par ce phénomène? Quels en sont les divers aspects? Pourquoi ce phénomène se produit­il? Quel(le)(s) en sont les causes/effets/fonctions? Quelles sont les conséquences de ce phénomène? Développement des premiers travaux de recherche en CO au cours des années 40­50­60 Exemples… Un chercheur souhaite se pencher sur l’évolution de la stratégie de communication d’une entreprise  multinationale… Regard sur la communication externe Un chercheur souhaite en pencher sur la manière dont les employés d’une firme comptable développent  leur sentiment d’appartenance au sein de cette dernière… 2 grandes perspectives de la recherche qui conduisent à différentes visées  ▯ Recherche fondamentale ▯ ▯ Recherche appliqu ée ▯ *Rappel  : plupart des recherches en communication organisationnelle S’inscrire dans une démarche de recherche scientifique, c’est vouloir… 1. Identifier certains phénomènes qui se posent dans la réalité 2. Décrire ces phénomènes 3. Expliquer ces phénomènes 4. Comprendre ces phénomènes 5. Les prédire 6. Éventuellement les transformer i. Les travaux de recherche qui sont en faits en communication organisationnelle  s’inscrivent dans une démarche de recherche scientifique… L’esprit scientifique repose sur… Le sens de l’observation Le questionnement Le raisonnement La méthode L’ouverture L’objectivité Ce qui nous intéresse… ▯ Ł La «  réalité » Cette réalité, elle est multidimensionnelle! Qui? Quoi? Comment? Pourquoi? Où? Quand? Etc. Manières de « voir » (d’appréhender) le réel ▯ Selon le point de vue, on ne verra pas les m êmes choses… Se situer dans une approche théorique Il n’existe pas une seule et même façon d’approcher la réalité ou d’en rendre compte, même dans le travail  dit scientifique Tout chercheur ou praticien s’inscrit forcément dans un paradigme Quelques concepts centraux à étudier PARADIGME « Ensemble de concepts, de méthodes, d’exemples significatifs, de problématiques qui servent de cadres  au travail des  chercheurs… Le paradigme est largement implicite et résulte de la socialisation des  chercheurs » « Les concepts fournissent des catégories pour classer, organiser, et enregistrer l’expérience… » THEORIE « Ensemble de propositions [et de concepts] logiquement articulées entre elles et visant à rendre compte  d’une partie du réel. Les théories fournissent des explications causales, des interprétations, des  prédictions » Un constat : « Les théories des organisations diffèrent en termes de projet de connaissance » Plusieurs essais de mise en ordre des différentes théories (essais de classification) 2 postures épistémologiques Réalité objective (extérieur à l’individu) (out there) Réalité subjective (liée à l’individu) (in here) Plusieurs termes parfois équivalents, parfois non équivalents Perspective École de pensée Approche Courant de pensée Pourquoi plusieurs « paradigmes », « théories », etc.? « Chacun d’eux a vu une partie différente » L’organisation : elle est aussi multidimensionnelle! 3 grands paradigmes FONCTIONNALISME Communication est réduite à l’idée d’un Émetteur qui transmet de l’information à un Récepteur (E▯R) Type d’analyse qui porte sur l’efficacité de la transmission des informations (les « bruits », les « problèmes  de communication », etc. Individu : un être rationnel, homogène, etc. INTERPRETATIVISME Communication est beaucoup PLUS qu’un simple transfert d’information Type d’analyse qui va mettre l’accent sur les médiations (statut, culture, expériences antérieures, etc. des  interlocuteurs impliqués dans une relation sociale ) Individu : pas nécessairement rationnel CRITIQUE Communication : un instrument de domination et de pouvoir qu’une organisation utilise à ses propres fins Type d’analyse qui va mettre l’accent sur les structurelles communicationnelles des organisations Ainsi… Un chercheur, analyste, ou praticien ne va pas nécessairement… Se focaliser sur les mêmes choses… Analyser les mêmes choses… Insister sur les mêmes choses… Définir les choses de la même façon… Etc. Différentes manières de « voir » l’organisation et la communication Les dimensions analysées dépendent de l’approche dans laquelle le chercheur, l’analyste, ou le praticien  va se situer LECTURE : L. Rouleau, Theo ́ries des organisations, Queb ́ec, PUQ, 2007, 270 p. (ISBN 978­2­ 7605­1462­ 1), p. 1­8. La question des paradigmes Burrell et Morgan (1979) Fonctionnaliste : Vision objective de l’organisation et de ses structures Vision valorisant l’ordre, lstatu quo , et le consensus EX : Analyse de la bureaucratie, théorie des systèmes Radical structuraliste : Vision conflictuelle du changement menant vers le changement radical EX : théorie marxiste de l’organisation Interprétatif : Met l’accent sur l’expérience subjective des individus pour décrire une organisation tout en valorisant ses  capacités d’adaptation EX : ethnométhodologie des organisations et analyse symbolique Radical humaniste : Caractère subjectiviste Vision émancipatrice et radicale du changement EX : théorie anti­organisationnelle Séguin et Chanlat (1983) Fonctionnaliste : Conception systémique et synchronique de l’organisation Téléologique, ahistorique, intégratrice, et non conflictuelle 4 écoles : L’école classique et la théorie wébérienne de la bureaucratie L’école des relations humaines et la théorie des cercles vicieux bureaucratiques L’école de la prise de décision L’école systémique Critique : Conception sociologique, historique, dialectique, et démystificatrice de l’organisation 4 courants de pensée L’anarchisme L’existentialisme Le marxisme L’actionnalisme Les théories de la modernité Les théories de la modernité permettent de prendre une posture épistémologique pour caractériser les  connaissances produites en fonction de diverses périodes historiques Du début du XXe siècle à la fin des années 1970, Les approches classiques (la modernité) Organisation scientifique et administrative du travail Les relations humaines, l’analyse de la bureaucratie, la prise de décision, et l’analyse systémique, l’analyse  actionniste, et l’analyse marxiste des organisations Approches « classiques » Regroupe des perspectives et des courants ayant permis de jeter les bases du projet fondamental des  théories des organisations Des années 1980 à nos jours, Les approches contemporaines (la néomodernité) L’analyse sociologique, l’économie des organisations, l’analyse politique, et l’analyse symbolique  Approches « contemporaines » Des mouvements d’idées qui sont au centre de la production actuelle des connaissances en théories des  orgnanisations Depuis la fin des années 1990, Les approches de l’avant­garde (la postmodernité) La construction sociale, des théories critiques, et du postmodernisme Approches de l’ « avant­garde » Les idées qu’ils proposent s’inspirent de conceptions sur la science et sur la réalité qui sont différentes de  celles véhiculées dans les approches précédentes Initiation aux différentes approches classiques de l’organisation2013­10­07 Manière de « voir » la communication Initiation aux différentes approches classiques de l’organisation2013­10­07 Fonctionnalisme : Il y a communication lorsqu’un E transmet des informations à un R Enjeu : éviter les bruits Interprétativisme : La communication n’est pas qu’un échange d’informations (mots, sons, images, etc.) La communication s’insère d’abord et avant tout dans une relation sociale La communication évolue toujours au risque du malentendu Impossibilité de prévoir l’issue de la communication (pas de début ou fin) Il y a « entente » entre 2 interlocuteurs au terme d’un processus de co­construction de sens Critique : La communication  n’est jamais « neutre » (tout est politique) véhicule des idéologies est un instrument de domination une minorité sur une majorité Manière de « voir » l’organisation Fonctionnalisme : Un ensemble de structures et fonctions qui concourent à des objectifs et des buts Une organisation existe objectivement (quelque chose de figée) Initiation aux différentes approches classiques de l’organisation2013­10­07 Interprétativisme : Un ensemble de discours, de représentations, d’interactions, de significations partagées qui donnent de  forme et vie à quelque chose d’organisé Refus de voir l’organisation comme une entité préétablie, autonome, statique, et au frontières claires  Critique : Difficilement conciliable avec le travail de consultation ! Vision trop pessimiste de l’organisation La communication ? Distinction dans les travaux entre… Interaction Relation social Rapport social Conversation Dialogue Echange Etc. Différents concepts… Fonctionnalisme : Émetteur­Récepteur Sujet Initiation aux différentes approches classiques de l’organisation2013­10­07 Destinataire­Destinateur Canal de transmission de l’info etc.  Interprétativisme Enonciateur­Co­énonciateur Locuteur­Interlocuteur (on allocutaire) Acteur Actant  Critique : Acteur Individu Agent Etc. Quelques exercices à partir d’exemples spécifiques… Questions : Sur quoi insistera, dans son analyse, un chercheur en communication se situe dans une approche a. Fonctionnaliste b. Interprétativiste c. Critique A la base, quels seront les objectifs de recherche d’un chercheur en communication selon qu’ilse situe  dans un approche Les exemples : Initiation aux différentes approches classiques de l’organisation2013­10­07 Un discours oral : Maple Leaf Foods apology Une interaction en entreprise (en salle de réunion) American Psycho : Business card scene  Mots utilisés dans des documents d’entreprise Maux du pouvoir vs Mots du pouvoir Slogans publicitaires Un dialogue entre un médecin et son patient Affiches publicitaires Publicités LECTURE : A. Laramee ́, La communication dans les organisations : une introduction theo ́rique et  pragmatique, 2e ed ́., Universite ́du Qúec. Teĺe­́universite,́ Sainte­Foy, Q́ec : Teĺe­́universite,́ 1989,  302 p. (ISBN 2­7605­0545­6), p. 63­86. L’école fonctionnaliste Au niveau épistémologique, l’école fonctionnaliste est associée à l’école de philosophie positiviste L’orientation positiviste de la recherche rassemble les écoles normatives de la pensée et les traditions  objectivistes Théories structuro­fonctionnalistes Les systèmes sociaux, le behaviorisme, les modèles d’échanges sociaux et l’empirisme abstrait La réalité sociale se présente à notre perception comme objective et ordonnée La collectivité est extérieure aux individus et ses propriétés, comme les normes, les valeurs, et les rôles,  sont perçues comme des faits tangibles Initiation aux différentes approches classiques de l’organisation2013­10­07 Les caractéristiques de l’approche fonctionnaliste La communication organisationnelle est le processus de création et d’échange de messages dans un  réseau de relations interdépendantes qui doit s’adapter à l’incertitude de l’environnement (Goldhaber, 1986) Processus Une organisation est un système ouvert dynamique qui crée et échange des messages parmi ses  membres de même qu’entre ses membres et l’environnement Avec le temps, le changement des interactions avec et dans l’environnement ainsi qui les échanges  internes au sein de l’organisation illustrent ce concept de « processus » dans la création et l’échange des  messages Messages Une communication efficace implique qu’un concept La signification du mot soient similaires entre 2 individus Il doit y avoir un partage identique de la compréhension Réseau Une organisation est constituée d’un ensemble d’individus qui occupent des rôles spécifiques à différents  niveaux hiérarchiques. La création et l’échange des messages entre ces individus empruntent divers  chemins dans l’organisation que l’on dénomme réseau de communication. Un réseau peut inclure deux  personnes, un ensemble d’individus, ou l’organisation entière. Plusieurs facteurs influencent la nature et la  portée d’un réseau : le rôle des relations, la direction des messages, la nature séquentielle du courant des  messages, le contenu du message, et la nature formelle et informelle des messages. L’absorption de l’incertitude Habituellement, un message subit plusieurs modifications au fur et à mesure qu’il voyage dans  l’organisation. Que ce soit au niveau ascendant, descendant, ou horizontal, le réseau peut véhiculer dans  la dimension informelle des rumeurs et dans la dimension formelle des omissions, des additions, ou des  distorsions du message. Les relations Le réseau par lequel les messages voyagent dans l’organisation est relié par des individus A à B à C à D à E L’interdépendance Un changement dans une partie du système affecte toutes les autres partes de l’organisation L’incertitude La différence entre l’information disponible et l’information dont l’organisation a besoin Initiation aux différentes approches classiques de l’organisation2013­10­07 Réfère généralement à un manque d’information L’environnement Les facteurs sociaux et physiques, les lois, l’économie, et la technologie qui sont extérieurs à l’organisation L’environnement interne Les objectifs, les produits et services, l’intégration, et la culture organisationnelle L’organisation est un système ouvert parce qu’il interagit avec l’environnement extérieur Un des postulats fondamentaux du fonctionnaliste est la notion de déterminisme Les individus sont les produits de l’environnement et ils répondent aux stimuli extérieurs d’une manière  mécanique Le monde extérieur détermine, du moins en grande partie, le comportement des individus de telle sorte que  les humains sont essentiellement réactifs Le fonctionnaliste assume une vision unitaire des organisations Les organisations sont perçues comme des systèmes coopératifs qui poursuivent des intérêts et des buts  communs Les individus sont les instruments des actions visant l’efficacité organisationnelle. L’unité d’analyse  première du fonctionnaliste est l’entité organisationnelle : ses caractéristiques sociales, psychologiques, et  économiques sont perçues comme des entités statiques plutôt que des processus sociaux. Puisque les fonctionnalistes considèrent l’organisation comme une structure concrète dans laquelle les  activités surviennent, la communication est perçue comme une substance tangible qui voyage d’une  manière ascendante, descendante, et latérale dans l’organisation. Les messages sont vus comme des  formes physiques qui ont des positions spatiales et temporelles et qui existent indépendamment de  l’émetteur et du destinataire. Ainsi, pour les fonctionnalistes, l’essence de la communication réside dans la  transmission des messages et l’étude des canaux de communication. La méthode d’investigation de l’école fonctionnaliste Le recherche favorisé par les fonctionnalistes correspond à la direction du courant des messages, aux  barrières communicationnelle, aux distorsions, au traitement de l’information, aux réseaux, et à la  fréquence de transmission des messages Processus communicationnels comme le mouvement d’un message ainsi que les barrières et les filtres qui  peuvent modifier l’efficacité  de la transmission Recherche de lois universelles Les explications théoriques d’un phénomène particulier peuvent être généralisées à une quantité très vaste  de phénomènes similaires Le principe de causalité est essentiel pour la poursuite de lois universelles Initiation aux différentes approches classiques de l’organisation2013­10­07 Les chercheurs fonctionnalistes travaillent d’une manière déductive afin de découvrir la relation de cause à  effet qui permet de prédire un ensemble de comportements à travers diverses situations L’approche mécaniste Une des approches les plus importantes de l’école fonctionnaliste Communication humaine = un « processus de transmission » dans lequel un message voyage dans un  canal d’un point à un autre 4 postulats fondamentaux : La quasi­causalité Le lien entre les conditions antécédentes et les conséquences futures Signifie que la source affecte le récepteur à travers les messages envoyés dans les canaux de  communication Vision linéaire La transitivité des fonctions de communication Les concepts communicationnels sont liés dans une chaîne de relations La conceptualisation du matérialisme Un message devient une substance concrète avec des propriétés spatiales et temporelles (la fréquence et  la durée du message)  Le réductionnisme La communication peut être décomposée en sous­unités Les concepts sont mieux compris si on réduit le tout en petites parties Concepts de base du modèle de la communication : Bruit Tout ce qui interfère dans la transmission du message Ruptures Initiation aux différentes approches classiques de l’organisation2013­10­07 Problèmes au niveau du canal de transmission qui provoquent l’arrêt total de la communication Barrières Obstacles qui ralentissent le processus de transmission La fonction de « portier » Fonction de filtre qu’exerce celui qui reçoit une information de la source et qui la renvoie à un destinataire La plupart des recherches portant sur les réseaux en communication organisationnelle sont de nature  mécaniste L’étude des réseaux utilise des données sur le circuit de communication afin d’analyser les liens  interpersonnels susceptibles d’être reproduits sur le plan des structures de communication de systèmes  plus vastes L’approche institutionnelle L’institutionnalisation implique l’ensemble des processus par lesquels les obligations ou les actualités en  viennent à prendre le statut de règle dans la pensée et l’action sociale Les organisations se conforment aux attentes de l’environnement en s’adaptant à des structures et à des  comportements appropriés et rationnels ▯ L’organisation est l égitimée par l’environnement qui lui procure  ses ressources financières et reconnaît son statut social L’école interprétative L’étude des significations La façon dont les individus donnent un sens à leur monde à travers leurs comportements  communicationnels Compilation de diverses traditions philosophiques et sociologiques Catégorie générique Les écoles de sociologie interprétative incluent les théories de l’action, l’ethnométhodologie,  l’interactionnisme symbolique, l’herméneutique, et la phénoménologie Le comportement communicationnel des individus est grandement influencé par l’ensemble des  interrelations entre les membres de l’organisation ainsi qui par les interactions entre les différents services  ou directions, les paliers hiérarchiques, et l’environnement global Les caractéristiques et les objets de préoccupation de l’école interprétative Initiation aux différentes approches classiques de l’organisation2013­10­07 L’école interprétative traite la société comme une construction faite par les expériences subjectives de ses  membres Le comportement se développe à travers les interactions sociales et il change à mesure que le contexte  social change Les membres de l’organisation utilisent leurs actions et leurs interactions afin de créer des départements,  des niveaux, et des procédures qui ont des conséquences directes sur les comportements quotidiens Actions non symboliques Des réflexes ou des réponses automatiques qui ne requièrent aucune interprétation Actions symboliques Les individus répondent aux autres sur la base de leur compréhension de ce que les mots et les actions  des autres signifient Action sociale Significations que les individus construisent à propos des évènements et des activités Volontarisme Les membres de l’organisation créent leurs propres environnements Vision pluraliste Organisation = un ensemble de groupes ayant différents intérêts et différents buts, diverses priorités L’école interprétative adopte donc une vision centrée sur le sens ou les significations de la communication  organisationnelle. La réalité sociale se constitue à partir des mots, des symboles, et des actions que ses  membres invoquent. La signification émerge d’un message verbal autant que d’un message non verbal.  Les études sur l’usage des documents écrits dans les réunions, la socialisation des nouveaux membres, et  la coordination de la signification de la gestion illustrent les façons dont le sens est socialement construit à  travers les processus d’interactions. La vie organisationnelle est constituée d’histoires, de mythes, de  rituels, et de langages qui forment un processus non statique. Le sens ne réside pas dans le message ou  dans les canaux de communication mais dans les processus d’interactions et dans la manière dont les  individus donnent une signification à ce qu’ils disent. La méthode d’investigation de l’école interprétative Méthode relativiste Contrairement à l’approche positiviste qui se concentre sur les propriétés statiques de l’organisation, l’école  interprétative favorise l’étude des processus organisationnels Les interprétationnistes rejettent la croyance que science génère une connaissance objective car ils  opèrent selon une vision relativiste du monde social Les méthodes interprétatives s’intéressent aux processus d’interactions de « l’ici et maintenant » ainsi  qu’aux expériences subjectives des acteurs de l’organisation Vise à examiner le « pourquoi » et le « comment » de l’existence d’une signification partagée Initiation aux différentes approches classiques de l’organisation2013­10­07 Le Taylorisme 2013­10­07 Les idées de Taylor et la mise en place de ce que nous allons appelé le « taylorisme » sont l’exemple  parfait d’une vision fonctionnaliste de la communication organisationnelle CMN se résume à transférer des messages (du haut vers le bas) Donner des directives Donne des ordres Motiver les travailleurs Réprimander Etc. F.­W. Taylor (1856­1915) S’intéresse au rendement des organisations Cherche une façon, scientifique, d’augmenter (d’intensifier) le travail Utilisation et imposition du chronomètre comme instrument de mesure de la rapidité d’exécution des  travailleurs Taylor : théoricien du « One Best Way » « L’objet principal d’une organisation bien comprise doit être d’assurer à l’employeur et à chaque employé  la prospérité maximale » Importance centrale de productivité Qu’est­ce que la productivité? Le rapport entre une production et les facteurs de production qui ont permis de l’obtenir Output/Inputs (numérateur/dénominateur) Exemple : Le Taylorisme 2013­10­07 Une entreprise X a produit 100 voitures en 3 heures (Y) Y produit 150 en 5 heures (N) Pour augmenter la P, il suffit généralement… D’augmenter le numérateur et de diminuer le plus possible le dénominateur Ex : augmenter le coût des produits tout en diminuant le salaire des employés Ex : augmenter la quantité de biens produits dans un temps plus court Ex : mettre en place une division organisationnelle du travail (chaque travailleur ne fait qu’une seule tâche  [parcellisation]) Ex : augmenter la cadence de travail, avec un salaire fixe (intensification du travail) Etc. La travail « à la chaîne »… « La meilleure manière de travailler ne peut être déterminée que par las experts » « Le chronométrage et la mesure de la productivité pour chaque manière de travailler permettent des  comparaisons qui déterminent la solution optimale » Les Temps modernes (Modern Times) est une comédie dramatique américaine de Charlie Chaplin, sortie  en 1936. Il s'agit du dernier film muet de son auteur et le dernier qui présente le personnage de Charlot,  lequel lutte pour survivre dans le monde industrialisé. Le film est une satire du chômage et des conditions  de vie d'une grande partie de la population occidentale lors de la Grande dépression. Conditions imposées,  selon Chaplin, par les gains d'efficacité exigés par l'industrialisation des temps modernes. Les vedettes du  film sont Charlie Chaplin, Paulette Goddard, qui fut pendant quelques années la compagne de l'auteur à la  suite du tournage, Henry Bergman, Stanley Sandford et Chester Conklin. Les quatre principes tayloriens de la direction scientifique Mettre au point une science de l’exécution de chaque élément du travail Les membres de la direction mettent au point la science de l’exécution de chaque élément du travail Le Taylorisme 2013­10­07 Il s’agit de… Transférer toutes les techniques de travail des ouvrier aux patrons; Investir les patrons de la capacité de contrôler (surveiller) toutes les tâches des ouvriers Déterminer la bonne façon de travailler (le one best way) Choisir d’une façon scientifique les ouvriers Les dirigeants « choisissent d’une façon scientifique leurs ouvriers » Il s’agit de… Embaucher les meilleurs ouvriers pour chacun des postes, de façon à ce que chacun fasse ce qu’il fait de  mieux; Déterminer le profil de chaque travailleur (profil psychologique, physique, etc.) Veiller à ce que le travail s’exécute conformément aux principes de la science qui a été créée Les dirigeants « collaborent cordialement avec leurs ouvriers de façon à avoir la certitude que le travail  s’exécute conformément aux principes de la science qui a été créée » Il s’agit de… Faire en sorte que les patrons puissent obtenir l’entière collaboration des ouvriers Voir à ce qu’il y ait division du travail (des tâches) « Le travail et la responsabilité du travail se divisent d’une façon presque égale entre les membres de la  direction et les ouvriers » Il s’agit de… Séparer les patrons (qui pensent, étudient, analysent, etc.) des exécutants (qui accomplissent ce que les  patrons demandent) Importance de l’organigramme L’exemple des centres d’appel (les call centres) Le Taylorisme 2013­10­07 Les principes de la direction scientifique des entreprises Division horizontale du travail Parcellisation… Division verticale du travail Les ingénieurs définissent les méthodes de travail optimales Système de salaire au rendement Système de contrôle du travail La temps = un facteur fondamental de rendement Et la communication? La communication se résume à un processus de transmission de l’information, celle­ci n’ayant pour seul  but que de coordonner le travail en tant que tel (les directives, les gestes, etc.) Conception « mécaniste » de la communication Conception de la communication comme étant une  fonction  (un instrument) Dans le cadre du taylorisme, l’act
More Less

Related notes for CMN1548

Log In


OR

Join OneClass

Access over 10 million pages of study
documents for 1.3 million courses.

Sign up

Join to view


OR

By registering, I agree to the Terms and Privacy Policies
Already have an account?
Just a few more details

So we can recommend you notes for your school.

Reset Password

Please enter below the email address you registered with and we will send you a link to reset your password.

Add your courses

Get notes from the top students in your class.


Submit