Class Notes (1,100,000)
CA (620,000)
UOttawa (30,000)
HSS (1,000)
Lecture 3

HSS1501 Lecture 3: HSS1501 Cours 3 Determinants comportementaux.docx


Department
Health Sciences
Course Code
HSS 1501
Professor
Sanni Yaya
Lecture
3

This preview shows pages 1-3. to view the full 10 pages of the document.
HSS1501
3. Les déterminants comportementaux
Intro
Passe depuis plusieurs centaines d’années des maladies infectieuses à chronique ajd. Cancer et maladies
chroniques lies à nos habitudes de vies qui sont le fait de comportement s (alimentation, exercice
physique, fumer, boire alcool). Principales causes de mortalité au Canada : cancer, MCV. Ancrées a nos
habitudes de vie, essentiellement sont le fait de comportements.
Comment inciter groupes à changer de comportement? Il faut prendre conscience des facteurs de risques.
Sensibiliser sur les effets du tabac, etc. Les moyens qui sont mis sont plutôt en dessous des résultats : ne
marche pas bcp. Toujours personnes qui fument. Pq ça ne marche pas? Il y a des théories. Il y a des choses
qui fonctionnent, dont on ne sait pas pq ils fonctionnent. OMS distingue 10 facteurs de risque : poids,
rapports sexuels non protégés, tabac, alcool, hypertension artérielle, cholestérol élevé, eau insalubre (PED),
hygiène, monoxyde de carbone dans foyers(PED), fer, zinc(PED), surpoids, sedantarite (PD), faible
consommation de fruits et legumes (PD), vitamine A (PED). 5 a 10 ans.
Les modes de vie (ppt)
Le mode de vie est une activité courante ou un rôle valorise par une personne ou son contexte
socioculturel selon ses caractéristiques (l’âge, sexe, identité socioculturelle).
Le mode de vie fait aussi référence aux mesures que l’on peut prendre pour se protéger des
maladies et favoriser l’autogestion de sante.
Nos modes de vie assurent notre survie et notre épanouissement dans la société tout au long de
notre existence.
Promotion de la sante svt dirige vers l’individu : « manger ça, faites attention à ça », conseils visées vers
l’individu. Mais il faut prendre en compte l’entourage (Ex : faire de l’activité physique, quand il n’y a pas
d’infrastructures (arénas, terrains) être en sante, quand nourriture saine est trop cher). Double dimension :
une qui appartient à l’individu, l’autre à la collectivité. Comment qqun peut manger en sante si une personne
n’as pas les ressources (financières). Il faut que les gens aient les moyens. De moins de moins de personnes
savent se préparer des choses à manger ajd. Il faut l’apprendre, ce n’est pas naturel. Problème social.
Comportements à risque
Activités sexuelles non protégés, vitesse au volent, etc. Faire des comportements a risque : pas
nécessairement malade (cas du tabac). Mais la probabilité du cancer est plus élevée par exemple si l’on fume.
Les comportements à risque sont définis comme un ensemble de comportements qui augmentent
la probabilité d’effets adverses sur le plan physique, social ou psychologique
Ils ont non seulement d’importantes répercussions sur la santé physique et mentale des individus, à
court terme comme à long terme, mais aussi engendrent, dans certains cas, des risques pour la santé
des autres
À l’origine était l’hygiène
L’hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir les infections et l’apparition de
maladies infectieuses. Elle se base essentiellement le nettoyage et la désinfection

Only pages 1-3 are available for preview. Some parts have been intentionally blurred.

Naissance de l’hygiénisme: mise en application de pratiques vitales qui permettent de vivre dans les
meilleures conditions possibles
L’ère hygiéniste
L’ère hygiéniste est basée sur la transmission des connaissances et la prescription des comportements
à suivre fondés sur de nombreuses interdictions et obligations.
Réduction de plusieurs maladies infectieuses et donc de la mortalité
Comprendre et modifier les comportements
Changement de paradigme c’est dire : ça ne suffit pas de dire « manger de la bouffe saine, faites de l’activité
physique ». Ne marche pas très bien: on a trop simplifier la réalité sanitaire.
L’amélioration des conditions de santé exige une modification des comportements individuels
Un changement de paradigme est aussi nécessaire dans la façon dont les communautés, les
responsables des systèmes de santé et les décideurs politique pensent la santé
Modifier les comportements : une aventure périlleuse
Une erreur fréquente parmi les professionnels de la santé consiste à croire que le spectre d’une
maladie convaincra les personnes d’adopter un comportement sain pour la santé. Prenez par
exemple le cas des fumeurs ou des alcooliques
Les études reconnaissent en outre que changer un comportement lié à la santé n’est pas un
exercice facile
On pense qu’en faisant peur aux gens avec les connaissances sur les csq, on va réduire la mortalité (ex
des photos sur les paquets de cigarettes). On a essayé de dire les facteurs de risques des maladies pdt
plusieurs années : pas suffisant. Pour des décennies on essayait de dire aux gens : si tu ne ___, alors ____.
On disait les facteurs de risque. Fonctionne seulement pdt un certain temps.
Pourquoi ce n’est pas facile ? Il y a une liste de facteurs qui peuvent modifier notre comportement.
(17). Les facteurs
Facteurs individuels :
oLes connaissances : ce que nous savions et ce que nous ne savions pas. On sait que « un excès de
sel et mauvais de la pression artérielle ». Ce fait POURRAIT mener à changer un comportement.
Gouvernements agissent SEULEMENT sur les facteurs individuels, et SEULEMENT sur les
connaissances, ce qui n’est pas assez.
oAttitudes et les croyances : personnalité des individus. Attitudes que nous avons vis-à-vis de la
nourriture, faits de valeurs sociales. Fait en Occident on mange car on s’ennuie, stress. Dans les pays
pauvre, pour satisfaire la faim.
Ex : Dans plusieurs grandes villes au Canada (Toronto, Vancouver), haut taux d’ITS comme syphilis et
gonorrhée : pas pcq les jeunes ne savent pas. Pq ils prennent toujours ces risques alors qu’ils savent? Il y a
d’autres choses. Perdurent dans comportements à risque. C’est très difficile d’agir sur les croyances et
valeurs, il le faut, mais ceci prend du temps.

Only pages 1-3 are available for preview. Some parts have been intentionally blurred.

Facteurs interpersonnels :
Processus interpersonnels et groupes primaires comme la famille, les amis et les pairs qui jouent un rôle
essentiel dans la socialisation (identité, support et rôle).
oLa famille : unité de base de toute société. Ce que nous sommes ajd vient en partie de l’éducation
que nous avons reçu, capital social, réseau, amis, etc. Pour faire la sensibilisation sur les effets
néfastes du tabac par exemple, il FAUT prendre en compte les facteurs interpersonnels. L’enfant a 15
and veut faire partie d’un groupe, s’identifier à qqch. Si les amis fument, risque de fumer augmente
pour cet enfant (mais ne va pas nécessairement fumer).
Facteurs institutionnels :
Règles, régulations, politiques et structures informelles qui sont susceptibles de menacés ou de promouvoir
les comportements responsables.
oPolitiques—Lois : Ex du tabac : on interdit de fumer dans un resto. Interdit de fumer dans auto,
appartements, a cote d’enfants. Mesures législatives que gvt mettent en place. Autre ex sur le tabac :
augmenter les taxes, limiter l’accès au produit du tabac. Ottawa : tabac interdit dans resto, devant
immeubles (15m). Mais va-t-on dire qqun d’arrêter?
Facteurs communautaires : Réseaux, normes ou standards sociaux qui existent de façon formelle ou
informelle parmi les individus, les groupes et les organisations.
Facteurs politiques : Politiques municipales, provinciales et fédérales et lois qui régulent ou encouragent les
actions et pratiques sanitaires pour prévenir les maladies, le diagnostic précoce, le contrôle et la gestion.
Ajd on peut prédire les comportements humains face a si on dit ceci ou cela. Ne marche pas toujours, mais
la plupart du temps. Si on comprend les comportements, on pourrait être capable d’influencer le patient.
Êtres humains pensent qu’ils sont imprévisibles alors qu’ils sont prévisibles. Il y a des patients qui
connaissent csq refusent médicaments et chirurgie tout de même pour toutes sortes de raisons,
refusent des choses évidentes et ne coopèrent pas.
Les comportements sont déterminés par divers variables :
Facteurs prédisposant
Facteurs facilitants
Facteurs de renforcement
Facteurs prédisposant : antérieurs aux comportements.
Ce sont des éléments antérieurs au comportement et qui vont entraîner la motivation du
comportement. Ils correspondent aux facteurs qui nourrissent le rationnel ou la motivation du
comportement.
On parle ici des caractéristiques de la communauté (histoire, culture, connaissances, attitudes,
croyances, etc.).
Choses qui vont motiver le comportement. Sans celui-ci, pas de comportements. Cas tu tabac : on sait que
c'est mauvais pour la sante. Mais qqun qui fume, fume probablement pour une raison . On ne peut pas aider
qqun à arrêter de fumer si on ne sait pas pq ils fument : c’est la partie la plus compliquer. On parle de plus en
You're Reading a Preview

Unlock to view full version