FRE272H1 Lecture 3: FRE 272 - Lecture 3

36 views5 pages
Published on 21 Dec 2015
School
UTSG
Department
French
Course
FRE272H1
Professor
Page:
of 5
Chapitre 6
1) Description phonétique / description phonologique
La phonétique étudie tous les aspects des sons. La phonologie n’étudie que les sons à valeur
linguistique (les phonèmes).
phone [i] on peut analyser les détails articulatoires et acoustiques du son
phonème - /i/ - on ne s’intéresse qu’au rôle du phonème dans le système
2) Les phonèmes et les variantes
antérieur
postérieur
écartée
arrondie
écartée
arrondie
très fermée
/i/
[ɪ]
/y/
/u/
fermée
/e/
/ø/
/o/
moyenne
/ə/
ouverte
/ɔ
très
ouverte
/a/
/
En anglais : [fit] feet s’oppose à [fɪt] fit
Il s'agit d'une paire minimale.
/i/ et /ɪ/ sont donc deux phonèmes distincts
En français : [fin] fine ne s’oppose pas à [fɪn] fine
Il ne s'agit pas d'une paire minimale, mais plutôt de deux façons différentes de prononcer le même mot.
[i] et [ɪ] sont donc deux variantes (allophones) d’un seul phonème
[i]
/
/i/
\
[ɪ]
4) Les traits distinctifs (articulatoires) des phonèmes pour la description phonologique
labialité : arrondi/écarté eg. /i/ - /y/
antériorité : antérieur/postérieur eg. /y/ - /u/
aperture : très fermé / fermé / moyenne / ouverte / très ouverte eg. /i/ - /e/
nasalité : oral / nasal eg. /ɛ/ - / /
5) Les paires minimales
Deux unités significatives constituent une paire minimale lorsqu’elles ne s’opposent que par un seul
phonème.
p. ex. [si] si et [sy] su constituent une paire minimale parce qu'en modifiant un phonème, on crée mot
[fin] fine et [fɪn] fine ne constituent pas une paire minimale parce que le changement [i] - [ɪ] ne
crée pas un nouveau mot
[sil] cil et [syʀ] sur ne constituent pas une paire minimale parce que la différence entre les deux
mots ne dépend pas d'un seul changement phonémique
6) La syllabe et la division syllabique du français
une syllabe = une voyelle prononcée (à l’oral)
eg. bien [ ] (une syllabe) plier [pli - je] (deux syllabes)
lui [lɥi] (une syllabe) cruelle [kʀy - ɛl] (deux syllabes)
oui [wi] (une syllabe) clouer [klu - e] (deux syllabes)
S’il y a une seule consonne entre deux voyelles, la consonne appartient à la syllabe suivante.
eg. été /e te/
S’il y a deux consonnes entre deux voyelles, la première consonne appartient à la première syllabe et la
deuxième consonne appartient à la deuxième syllabe.
eg. acteur /ak - t ʀ/
Exception : Si la première consonne est occlusive et que la deuxième et /l/ ou /ʀ/, les deux consonnes
appartiennent à la syllabe suivante.
eg. tableau /ta blo/
Une syllabe est ouverte lorsqu’elle se termine par une voyelle prononcée (à l’oral).
eg. ri /ri/
Une syllabe est fermée lorsqu’elle se termine par une consonne prononcée (à l’oral).
eg. sac /sak/
7) La loi de la distribution complémentaire
Si un phonème a deux variantes, on dit que les variantes sont en distribution complémentaire si elles
ne se trouvent jamais dans le même contexte linguistique.
p. ex. Dans certaines variétés du français canadien, le phonème /i/ se prononce toujours [i] en syllabe
ouverte et [ɪ] en syllabe fermée.
en syllabe ouverte : ri [ʀi] (on ne prononce pas *[ʀɪ] )
en syllabe fermée : rime [ʀɪm] (on ne prononce pas *[ʀim] )
Puisque les deux variantes ne se trouvent jamais dans le même contexte, il est impossible d'avoir des
paires minimales. Autrement dit, il est impossible d'avoir deux mots différents où la seule différence
de prononciation est la distinction [i] - [ɪ].
Selon certains linguistes, les voyelles /e/ et /ɛ/ ne sont pas deux phonèmes différents; elles sont plutôt
deux variantes d'un seul phonème. Le même principe s'applique aux paires /ø/-/ / /o/-/ɔ/ :
[e] en syllabe ouverte [ø] en syllabe ouverte [o] en syllabe ouverte
/ / /
/E/ /Œ/ /O/
\ \ \
[ɛ] en syllabe fermée [ fermée [ɔ] en syllabe fermée
Cependant, en raison des nombreuses paires minimales qui existent en français standard, nous
maintiendrons l'analyse selon laquelle /e/-/ɛ/, /ø/-/ / et /o/-/ɔ/ sont des paires de phonèmes.
ex. Beauce - bosse /bos/ - /bɔs/ saute - sotte /sot/ - /sɔt/
les - lait /le/ - /lɛ/ ferai - ferais /fəʀe/ - /fəʀɛ/
jeune - jeûne /ʒ- /ʒøn/
À noter que quand on fait la transcription phonétique du français standard, on suit la règle de
distribution complémentaire, sauf dans certains cas où la graphie exige une transcription qui ne
correspond pas à la règle de distribution complémentaire :
/ɛ/ en syllabe ouverte - lait /lɛ/ ; ferais /fəʀɛ/ ; très /tʀɛ/ ; etc.
/ø/ en syllabe fermée - jeûne /ʒøn/ ; heureuse /ʀøz/ ; etc.
/o/ en syllabe fermée - chose /ʃoz/ ; pôle /pol/ ; chaude /ʃod/
À noter également qu'en ce qui concerne la distinction /a/ - / ɑ/, le phonème /ɑ/ n'est utilisé que pour
transcrire les graphies « as » et « â ». Dans tous les autres cas, on transcrit /a/
ex. cas /kɑ/ ; plâtre /plɑtʀ/