Study Guides (247,998)
Canada (121,216)
CMN2560 (5)
Final

CMN 2560 - Notes - Exam Final -PDF.pdf

16 Pages
150 Views
Unlock Document

Department
Communication
Course
CMN2560
Professor
Luc Dupont
Semester
Winter

Description
1. La théorie des usages et gratification Origine ➢ Une variante du fonctionnalisme qui insiste sur les aspects psychologiques. ➢ S’intéresse au point de vue des individus plutôt qu’à celui des médias. ➢ On s’intéresse aux récepteurs; on cherche à les comprendre. Pourquoi certains contenus au lieu de d’Autres à un certain temps/âge? À priori ➢ Le consommateur de médias est actif, il choisit en fonction de ses propres besoins. Qu'est-ce qui incite le consommateur à consommer les médias? ➢ On s'interroge sur les incitations. ➢ On cherche à rendre les messages plus séduisants. Pourquoi consommons-nous les médias? 1. Nous utilisons les médias parce qu'ils offrent des équivalents fonctionnels à l'interaction humaine (on se cherche des amis). 2. Nous avons des besoins: interaction et amour (soap); plus la vie va mal, plus l'individu consomme de médias. 3. Nous cherchons quelque chose de spécifique: conseil, information, aide, etc. Les médias: source de divertissement et d'information ➢ Les personnes sont insatisfaites et essayent de trouver dans le monde merveilleux des médias des compensations. • ex: Lorsque l'amour va mal, on consomme plus de films d'amour. ➢ Par la bande, ils informent, se divertissent, se cultivent ou s'oublient. L'exposition aux soaps ➢ Initiée par Harte Herzog, collaboratrice de Lazarsfeld. ➢ Les soaps servent de moyen d'évasion et d'apprentissage (ce qu'une relation ''devrait être'' ou ''ne pas être''). Les médias répondent à quatre besoins 1. Se changer les idées. 2. Compenser une situation déficitaire. 3. S'évader; fuir la réalité. 4. Substituer une relation humaine. Les médias sont doublement dépendants ➢ À partir de cette recherche, le sujet du processus de communication devient un sujet actif, qui recherche plusieurs choses: informations, recherche de l'identité (on construit son identité sur ce que l'on voit dans les médias), distraction et compensation de la solitude. Satisfaction et exposition aux médias ➢ Plus nous sommes insatisfaits, plus nous nous exposons aux médias. La consommation des médias varie ➢ Ces inégalités prouvent que les membres de la société se servent des médias conformément à leurs besoins. Les médias sont doublement dépendants ➢ Ils dépendent des consommateurs qui peuvent les refuser. ➢ Ils dépendent de la qualité de vie des consommateurs. Qui utilise qui? ➢ Wilbur Schramm, à propos d'une étude sur les enfants et la télévision, conclut que les enfants utilisent la télévision plutôt que la télévision les utilise. ➢ L'intérêt de ce courant est de renverser les perspectives et de désormais partir du sujet actif, du récepteur plus que de l'émetteur. ➢ On en arrive à un degré de réfutation maximal de la théorie des effets massif des médias. Résumé ➢ Les médias ne menacent personne. ➢ Ils offrent des gratifications personnelles. ➢ Nous nous servons des médias comme bon nous semble. ➢ Les médias correspondent à des besoins fondamentaux. ▯ Les démentis et les contradictions (1950 à aujourd'hui) Avertissement de Bernard Cohen ➢ La presse ne réussit peut-être pas toujours à dire aux gens ce qu'ils doivent penser, mais elle connait un succès étonnant lorsqu'il s'agit de leur dire à quoi ils doivent penser. • Si on en parle pas, c'est comme si ce n'était pas arrivé. Trois événements clés ➢ Invention de la télévision. ➢ Débat Nixon-Kennedy; on se rend compte qu'à la télévision, on écoute avec nos yeux. ➢ La guerre du Vietnam; si on ne parle pas de quelque chose, ça n'a pas eu lieu. Des recherches sur l'effet des médias et des contenus ➢ La violence et les médias (1968): les effets à long terme sont possibles. ➢ La télévision et le comportement social (1969): le visionnement d'actes violents augmentent les comportements agressifs. ➢ La télévision et le comportement (1982): 3000 études au total, conclusion que la violence à la télévision a des effets sur le comportement des enfants. ➢ La pornographie (1984): un lien entre la consommation d'images pornographiques et la violence faite aux femmes. ▯ La théorie de la hiérarchie des priorités (Agenda setting) ➢ L'important est de décider de ce que l'on va parler. ➢ def: Le processus par lequel des médias de masse communiquent l'importance relative de questions et d'événements variés au public. Éléments d'histoire ➢ 1972 ➢ Formulée par Maxwell McCombs et Donald Shaw. ➢ S'inscrit dans le champ de recherche sur les usages et gratifications. ➢ Enquête sur les électeurs d'une ville américaine lors d'une élection présidentielle. Fonctions de l'agenda setting ➢ Attire l'attention de l'opinion sur certains problèmes. ➢ Détermine l'agenda (les priorités). ➢ Les médias ne nous disent pas quoi penser, ils nous disent à quoi penser. ➢ Les médias exercent une sélection des enjeux, certains sont mis en avant tandis que d'autres restent dans l'ombre. ➢ Les médias (les émetteurs) ont un pouvoir d'influence sur les citoyens (les récepteurs), dans la mesure où ils déterminent les informations qui sont diffusés et débattues. Constats ➢ Le public apprend des choses par l'intermédiaire des médias. ➢ Les médias sont souvent le seul contact avec une réalité. ➢ Le public apprend des informations factuelles, mais aussi l'importance qu'il doit accorder à un événement. ➢ Les médias ont une influence à long terme. Le rôle des médias ➢ Ils sélectionnent, interprètent et mettent de l'emphase. Résumé ➢ Du point de vue de cette théorie, la presse n'est pas un miroir de la société mais fonctionne comme un projecteur. ➢ On se pose la question de la responsabilité des journalistes et des professionnels de la communication. ▯ Fonctionnalisme vs Agenda setting¸ Fonctionnalisme Agenda Setting - 1940 à 1950 - 1950 à 1960 - Les gens exercent une sélection. - Les médias exercent une sélection. - On s'intéresse aux récepteurs. - On s'intéresse aux médias. ▯ La théorie du traitement des informations médiatiques ou le gatekeeping Éléments d'histoire ➢ S'interroge sur la circulation de l'information. ➢ On se pose la question ''en fonction de quel critère élimine-t-on des informations?'' ➢ Théorie de la poubelle, du bouncer. ➢ On introduit la notion de sélectionneur. ➢ On s'interroge sur le processus de filtrage des informations par les entreprises de presse avant leur publication. ➢ Cette théorie met en évidence le rôle du sélectionneur dans le traitement des informations médiatiques. Au quotidien ➢ Il se produit chaque jour dans le monde un flux d'événements que les médias sont appelés à publier. ➢ Étant donné la limite de l'espace et du temps, les journalistes sont contraints de pratiquer une sélection des nouvelles à publier. ➢ Devant le flot de nouvelles, le journaliste doit décider lesquelles rejeter et lesquelles retenir. ➢ Par ce pouvoir de décision, il joue le rôle de contrôleur d'accès des infos. ➢ Ce processus de contrôle est appelé gatekeeping et la personne qui contrôle est le gatekeeper. Concept de sélectionneur ➢ Fondateur: David Manning White (1950). ➢ Publie un article dans le Journalism Quarterly. ➢ Observe le chef de pupitre d'un journal. ➢ Comment expliquer que certaines informations sont conservées et d'autres non? Deux caractéristiques du sélectionneur (Grate-keeper) ➢ Il occupe une position stratégique au sein de l'organisation. ➢ Il a un pouvoir décisionnel reconnu. Règle de la poubelle ➢ sans intérêt ➢ mal rédigé ➢ trop vague ➢ répétitif ➢ suggestif Rôle du sélectionneur ➢ Le choix du contenu d'un journal dépend fortement du sélectionneur. ➢ L'information est soumise à un critère de sélection personnel. ➢ Le sélectionneur se croit objectif. Rôle des médias ➢ Les médias agissent et traitent l'information. ➢ Ils éliminent et transforment. ➢ Ils sont plus que des canaux: ce sont des filtres. Constats ➢ L'information est triée. ➢ Les canaux de la communication et de la circulation de l'information ne sont pas neutres et ouverts à tous. ➢ La circulation est une question de pouvoir. ➢ Les médias sont dynamiques. Critique ➢ White s'intéresse qu'à un aspect du processus. ➢ Traite la sélection comme un oui-non. ➢ Évite d'aborder la question de la collecte de l'information. ➢ Et si c'était l'organisation qui choisissait la nouvelle? ➢ White oublit les contraintes structurelles, organisationnelles, environnementales et politiques propres aux entreprises médiatiques. ➢ Il réduit la sélection des informations à un simple jugement de valeur du sélectionneur (rédacteur en chef). ➢ Il ne prend en compte qu’une seule étape de sélection, en l’occurrence, celle du Rédateur en Chef. Conclusion ➢ Les médias établissent l’ordre du jour des débats publics, ils ont cet effet. ➢ Les médias ont le pouvoir d’attirer l’attention des gens sur quelque chose. Donc, ils peuvent aussi détourner l’attention. La théorie de la spirale du silence Éléments d’histoire ➢ Théorie proposée par l’allemande Elisabeth Noelle-Neumann. ➢ Une théorie qui découle de la DGM. ➢ La théorie cherche à comprendre comment se forme l’opinion publique. Questions ➢ Comment se manifeste l’opinion publique? ➢ Quels sont les secrets de son élaboration? ➢ Comment pèse-t-elle sur les processus de décision? ➢ Les sondages sont-ils un moyen d’expressions démocratiques ou un instrument de manipulation? Le concept d’opinion publique ➢ L’opinion publique est le résultat de l’interaction entre les individus et leur environnement social. ➢ Il y a donc une relation entre la communication de masse, la communication interindividuelle et la propre perception de l’individu par rapport aux opinions des autres personnes de la société. ➢ L’opinion publique est l’épine dorsale des démocraties libérales. ➢ L’observation montre qu’elle ne se réduit pas aux résultats des sondages. Elle est un processus collectif, dynamique, polymorphe (def : ayant plusieurs formes) et imprévisibles. Hypothèses 1. Les individus se forment une représentation de la répartition et du succès des opinions au sein de leur environnement social. 2. La disposition d’un individu à exposer publiquement son point de vue varie selon l’appréciation qu’il fait de la répartition des opinions dans son environnement social. Sur quoi repose l’opinion publique selon Noelle-Neumann ➢ L’individu en société tend à la conformité. ➢ D’où l’importance des informations qu’il peut avoir sur l’opinion des autres, sur cette opinion publique qui menacerait d’isolement l’individu récalcitrant. ➢ S’il se sent isolé, l’individu aura tendance à se taire. ➢ Ce concept de spirale du silence sera ainsi un élément de contribution à une réflexion sur l’influence des mass-médias. Mécanique de la spirale du silence 1. L’individu tente de découvrir l’opinion dominante en observant son environnement social en estimant a répartition des opinions pour ou contre ses idées. 2. En évaluant la force, le caractère mobilisateur, ainsi que les chances de succès de certains points de vue. L’opinion publique ➢ Def : L’opinion publique peut être exprimée en public sans risque de sanctions, et sur laquelle peut s’appuyer l’action menée en public. ➢ Il s’agit de l’opinion dominante qui commande une attitude et un comportement de soumission, en menaçant d’isolement l’individu récalcitrant. À priori ➢ La société isole les individus déviants. ➢ Les individus ont peur d’être isolés. ➢ Cette peur d’être isolé amène les gens à mesurer constamment l’opinion publique. ➢ En conséquence, les gens expriment publiquement l’opinion qui leur semble dominante. Avant la spirale du silence ➢ L’explication en usage était l’effet bandwagon : les votants finissent par donner leur soutien au groupe qui semble être dans la meilleure position pour remporter la victoire. Constats ➢ Les gens qui approuvent le point de vue des médias parlent. ➢ Les autres gardent le silence (majorité silencieuse). Questions ➢ Quels sont les thèmes que les mass-médias présentent comme opinion publique (fonction d’agenda)? ➢ Quels sont les thèmes privilégiés? ➢ À quelles personnes et à quels arguments est-il conféré un prestige? ➢ Y a-t-il unanimité dans la présentation des thèmes, dans l’évaluation de leur urgence, dans l’anticipation de leur futur? ➢ Ce processus dépend-il des convictions des journalistes? Qui décide quelle est la bonne réponse? ➢ Est-il lié aux contraintes du métier de journaliste? ➢ Les partisans de l’opinion prévalente occupent-ils dans le système des médias les postes-clés qui leur permettent de tenir à distance des groupes importants de contradicteurs? ▯ ▯ Les essais spéculatifs ➢ Il ne s’agit pas de scientifiques, ce sont des gens qui écrivent sur la communication. Quelques exemples ➢ Jacques Ellul, Propagandes ➢ Herbert Marcuse, One-dimensional Man ➢ David Riesman, La foule solitaire ➢ Abraham Moles, Sociodynamique de la culture Critique 1 : l’uniformisation ➢ La taille du marché n’est plus nationale, mais mondiale. ➢ Le mode de vie urbain est dominant. ➢ Partout dans le monde, les mêmes tendances font jour (individualisme, jeunesse américanisée, etc). Critique 2 : l’absence de diversité ➢ Représentation des hommes et des femmes. ➢ Représentation des minorités. ➢ Âge des modèles (ils sont tous jeunes). Critique 3 : Les médias et les groupes ➢ Les groupes médias jouent un rôle déterminant dans la communication. Jacques Ellul ➢ Professeur d’histoire, de droit, de sociologie et théologien protestant. ➢ Il se démarque du schéma opposant frontalement dominants et dominés. ➢ Si l’homme se trouve dans une situation de subordination, c’est parce que de manière ‘‘inconsciente’’, il refuse d’assumer certaines responsabilités. Riesman ➢ Avocat et sociologue américain. ➢ Devient célèbre par son livre ‘‘The Lonely Crowd’’ sur la conformité de la société américaine. L'École de Francfort ➢ Ce sont des gens qui s'intéressent au marxiste. ➢ Fondée en 1923, elle apparait au cours des années 1950. ➢ Premier institut de recherche marxiste au monde. ➢ La théorie avancé par l'École de Francfort s'appelle la théorie critique. ➢ Les chercheurs déménagent leurs bureaux aux États-Unis n 1944 pour fuir l'Allemagne Nazi puisqu'ils sont juifs. Cadre historique ➢ Montée du fascisme et du nazisme, l'établissement d'un gouvernement autoritaire (montée au pouvoir de Hitler). ➢ Absence de révolution prolétarienne. ➢ Apparition d'une nouvelle culture de masse. ▯ Objectifs ➢ S'intéresse aux valeurs et aux idéologies. ➢ S'intéresse aux implications à long terme des messages diffusés dans les médias. ➢ Rêve d'unir la théorie européenne et l'empirisme américain. L'Allemagne Nazi ➢ Aucun film n'est réalisé, aucune émission de radio, aucun journal ou livre publié qui n'est d'abord approuvé. Idée maîtresse ➢ Marier le marxisme et la psychanalyse. ➢ Analyser et comprendre la culture moderne. ➢ Se demander pourquoi la révolution marxiste n'a pas eu lieu. ➢ Se demander «
More Less

Related notes for CMN2560

Log In


OR

Join OneClass

Access over 10 million pages of study
documents for 1.3 million courses.

Sign up

Join to view


OR

By registering, I agree to the Terms and Privacy Policies
Already have an account?
Just a few more details

So we can recommend you notes for your school.

Reset Password

Please enter below the email address you registered with and we will send you a link to reset your password.

Add your courses

Get notes from the top students in your class.


Submit