Study Guides (380,000)
CA (150,000)
UOttawa (10,000)
PHI (600)

PHI 1501 Study Guide - Girdle, Principes


Department
Philosophy
Course Code
PHI 1501
Professor
Steve Dumas

This preview shows pages 1-3. to view the full 13 pages of the document.
Théories de la justice
Éthique et justice sociale
La théorie de justice de John Rawls (1921-2002)
Rawls s’inscrit dans la tradition du libéralisme politique.
Il essaie de trouver les principes de justice qui devraient présider à l’organisation des institutions de
base de la société. Il cherche à définir les normes minimales de justice de la société.
Dans une société pluraliste, ces normes, selon Rawls, permettront une coexistence harmonieuse entre
les individus ou des groupes ayant des valeurs et des idéaux de vie différents.
D’inspiration kantienne, Rawls critique l’utilitarisme (car celui-ci sacrifie des individus au nom du
bienêtre du plus grand nombre) et croit que chaque individu, comme personne humaine digne de respect,
possède des droits inviolables.
S’inspirant des théories du contrat social, il estime que les principes qui régissent la vie des individus
d’une société politique sont justes s’ils sont le fruit d’un libre accord entre ces individus.
Pour s’assurer de cela, il aborde la procédure qui mène à l’adoption de tels principes.
La position originelle :
Pour fonder des principes de justice, il faut s’assurer que lon respecte les conditions fondamentales
d’égalité et d’unanimité.
Ces conditions sont difficiles à trouver dans la réalité, alors Rawls considère un dispositif fictif de
négociation.
Référence non plus à l’état de nature mais à la position originelle.
Le voile de l’ignorance
État dans lequel les individus ignorent leur position réelle dans la société.
Concrètement ils ignorent :
oLeurs attributs naturels, physiques ou psychologiques (dons, talents, capacités) ;
oLeur condition socioéconomique (classe sociale, niveau d’éducation, richesse) ;
oLeur sexe, leur couleur, leur âge ;
oLeur conception de la vie, leur projet de vie ;
oLétat de développement de leur société et son histoire.
Cette impartialité devrait conduire à l’élaboration de principes justes à partir desquels on organisera la
société. En principe, on devrait tous arriver aux mêmes conclusions (pcq nous sommes tous des êtres
rationnels et que nous ne connaissons pas notre position dans la société).
oQuels sont ces principes ? À vous de délibérer.
Principe des libertés égales
«Chaque personne doit avoir un droit égal au système le plus étendu de libertés de base égales pour tous
qui soit compatible avec le même système pour les autres.» (Théorie de la justice, Paris, Seuil, 1987, p.
91)
Autrement dit :
oChaque personne doit avoir un droit égal à un ensemble adéquat de libertés fondamentales
compatibles avec celles des autres.

Only pages 1-3 are available for preview. Some parts have been intentionally blurred.

Principe de différence
«Les inégalités sociales et économiques doivent être organisées de façon à ce que, à la fois,
a) lon puisse raisonnablement s’attendre à ce qu’elles soient à l’avantage de chacun
b) qu’elles soient attachées à des positions et à des fonctions ouvertes à tous.» (Ibid.)
Autrement dit :
Les inégalités sociales et économiques doivent être
a) au bénéfice de tous et surtout des plus désavantagés ;
b) attachées à des fonctions et à des positions ouvertes à tous, conformément au principe de la
juste égalité des chances.
Il peut y avoir des inégalités sociales et économiques, mais elles doivent être bénéfices de tous
Ne spécifie pas que tous les besoins humains soient rencontrés
Droits fondamentaux de l’homme
3 droits : la liberté, la vie et la propriété privée (controversé).
Le libéralisme politique aujourd’hui
Le libéralisme considère qu’un régime de contraintes extérieures ne peut être moralement acceptable
que s’il respecte les principes suivants:
1. LÉtat est au service des individus et non l’inverse, car la fonction fondamentale de l’État est de protéger
les droits des individus.
2. LÉtat doit rester neutre sur le plan des valeurs morales.
3. LÉtat doit limiter ses interventions à la sphère publique et s’abstenir d’intervenir dans la sphère de la
vie privée.
Nozick critique Rawls en s’appuyant sur l’idée du caractère absolu de la liberté individuelle.
Dans la lignée de Locke : la seule défense des droits négatifs (liberté, égalité, propriété)
Ces droits commandent à autrui et à l’État un devoir négatif : NE PAS accomplir certaines actions.
Respecter la liberté d’autrui, c’est ne pas l’entraver.
Respecter sa propriété, c’est ne pas la lui dérober contre sa volonté ou ne pas limiter l’usage qu’il peut
en faire.
Respecter l’égalité, c’est ne pas faire de la discrimination.
Ces droits négatifs sont des normes limitatives qui préservent la sphère de l’autonomie, la liberté
individuelle. Ils ne commandent pas d’aider autrui. On ne peut pas en tirer un devoir de bienveillance.
Robert Nozick
Le libéralisme libertariste et le droit de la propriété privée

Only pages 1-3 are available for preview. Some parts have been intentionally blurred.

Pour Locke : chaque être humain est propriétaire de sa personne…donc le fruit de son travail (de ses
mains, de son corps) lui appartient en propre.
Nozick : chaque être humain a le droit de faire ce qu’il veut de son corps et des biens qu’il a
légitimement acquis.
Justice procédurale : si l’on respecte les règles du jeu, il y a justice.
L’acquisition légitime de biens inclut toute transaction volontaire entre propriétaires légitimes.
Le libéralisme libertariste et l’État
Tout ce que l’individu peut consentir à l’État, sous forme d’impôt, doit servir à protéger sa liberté, sa vie
et sa propriété.
La redistribution par l’impôt est un vol des individus par l’État (pas contre les dons, mais cela revient à
la décision de chacun).
Le travail au noir est une pratique légitime.
Libre marché: pas de salaire minimum.
Pas de règlementation étatique des entreprises.
Pas d’imposition aux citoyens du port de la ceinture de sécurité.
Charte canadienne des droits et libertés :
Libertés fondamentales :
a) liberté de conscience et de religion;
b) liberté de penser, de croyance, d'opinion et d'expression, y compris la liberté de la presse et des
autres moyens de communication;
c) liberté de réunion pacifique;
d) liberté d'association.
Dualité : Libertarisme/communautarisme
La liberté d’expression
Libertarisme
Individu
Diversité
Compétition
Méritocratie
Code éthique personnelle
Maximum de liberté d’expression
Nouvelles variées
Communautarisme
Groupe et cohésion sociale
Conformité et coopération
Égalité
Éthique normative et universelle
Liberté limitée
Nouvelles bénéfiques pour la société
Philosophie libertarienne (LE LIBERTARISME) de la presse
1) Libre circulation des idées
2) Nécessité fonctionnelle pour la démocratie
You're Reading a Preview

Unlock to view full version