Textbook Notes (368,799)
Canada (162,168)
FEM1500 (10)
Chapter

FEM 1500 Lecture #3 .docx

10 Pages
114 Views
Unlock Document

Department
Women's Studies
Course
FEM1500
Professor
Bourque, D.
Semester
Winter

Description
FEM 1500: Lecture 3 (a)  le 6 fev 2014  Féminité, Masculinité, virilité   la virilité revêt in double sens:  1) les attributs sociaux associés aux hommes et au masculin : la force, le courage, la capacité a se battre,  le droit a la violence et aux privilège associes a la domination de celles, et ceux, qui ne sont pas, et ne  peuvent pas être, virils : femmes, enfants…  2) la forme érectile et pénétrant de la sexualité masculine. La virilité, dans les deux acceptions du terme,  est apprise et imposé aux garçons par le groupe des hommes au cours de leur socialisation, pour qu’ils se  distinguent hiérarchiquement des femmes. La virilité est l’expression collective et individualisée de la  domination masculine.  Virilité, homophobie et domination des femmes :   les recherches féministes on d’abord remis en question la définition masculine de la féminité.  Daniel Welzer Land­ reprenant les travaux de l’anthropologue Maurice Godelier.  Aux « vrai » hommes, ceux qui montrent partout, et sur tout une image et des comportements considères  comme virils, le privilèges de l’honneur, du pouvoir, de la mise a disposition domestique et sexuelle de  femmes.  les autres hommes dénient la virilite (les faibles, les hommes désignes comme homosexuels, le plus  jeunes, tout en restant dominants avec les femmes, subissent agressions et violences des autres hommes,  y compris des violences sexuelles.  l’homophobie que l’on peut définir comme : « la discrimination envers les personnes qui montrent, ou a qui l’on prête, certaines qualités (ou défauts)  attribues a l’autre genre  est un forme de contrôle social qui s’exerce sur tous les hommes et de des les premier pas de éducation  masculine.  la lesphphobie désigne la stigmatisation des sexualités entre femmes que échappent au contrôle masculin.  Virilité, mulierité et division sexuelle du travail :    dans les métiers masculins, les hommes occultent la souffrance générée par les contraintes de  l’organisation du travail grâce a l’efficacité symbolique d’un système de conduites et de représentations  centrées sur la virilité qui associent l’appartenance au groupe des hommes a la maitrise infaillible du réel.  les hommes ont plus de chance de reussir socialement qu’en essayant de defendre leur singularite  (masculinité. Mais, paradoxalement, l’homme virilisé est fragile. Pour les femmes, il existe une forte contradiction entre la f construction de la féminité et l’intégration dans le  monde du construction de ia féminité et i intégration dans le monde au travail. La muliérité est le néologisme qui désigne l’aliénation de la subjectivité féminine dans le statut de  soumission.   Nicole­Claude Mathieu (1991) « conscience dominée »  Les savoir­faire discrets qualifiés de féminins (sourire,  patience,   etc.)   impliquent  en  réalité  une  somme  ‘d’expérience, d’habileté, d’intelligence rusée et de coopération ntre infirmières.  Identité sexuelle et déterminations sociales  Aujourd’hui la domination masculine n’est plus contestée par les sciences sociales.  Les études actuelles tendent à articuler domination sur les femmes et donmaintes à la virilité imposée aux  hommes ; à situer la place des violences masculines contre les femmes et celle des violences masculines  que subissent les hommes dans leur socialisation ; à lier domination masculine contre les femmes et  expressions de l’hétéro sexisme contre   ceux   et   celles   qui   n’acceptent  pas l’hétéro normativité : gais,  lesbiennes, bisexuel, les transgenres.  l’hétérosexualité   pourrait   apparaitre   comme   une forme d’oppression sut gênais – le harcèlement  sexuel des femmes dans le travail constituant une forme radicalisée de 1’ « hétéronormative ».  FEM 1500: Lecture 3(b) le 30 jan 201402/04/2014 Domination  assujettissement­subjection  Perspective historique  Max Wéber (1921) qui l’abordait dans le cadre société et de la stratification sociale, elle est une des  modalités |essentielles du pouvoir.  1) des coutumes et de la tradition (domination traditionnelle)  2) de la loi constitutionnelle, établie par exemple par voie démocratique (domination légale)  3) de la valeur personnelle ou des talents exceptionnels du chef (domination charismatique).   chaque oppression particulière, on observe une analogie structurelle commune : les rapports de  domination et les inégalités de statut sont au cœur de toute relation sociale.  Ce dernier (1968/1973) en décrit les mécanismes à travers les diverses figures de dominés : le juif, le Noir,  la femme, le colonisé, le prolétaire, le domestique.  Michel Foucault (1976) ▯» le domaine de la sexualit é,  Domination et consentement  fil représente la « tradition ^intellectuelle masculine occidentale qui renâcle à théoriser les t privilèges  attenant au statut de dominant parce que cela mettrait ile statu quo en danger. FEM 1500: Lecture 3 (c) le 30 jan 2014 02/04/2014 Division sexuelle du travail et rapport sociaux de sexe FEM 1500: Lecture 3 (c) le 30 jan 2014 02/04/2014 Les situations des hommes et des femmes ne sont pas le produit d’un destin biologique mais sont d’abord  des construits h sociaux.   ils forment deux groupes sociaux qui sont engagés dans les rapport social spécifique : les rapports  sociaux de sexe. division sexuelle du travail :  La division sexuelle du travail est la forme de division du travail social découlant des rapports sociaux de  sexe ; cette forme est modulée historiquement et sociétalement. deux principes : le  principe  de  séparation : (il  y  a   des   travaux d’hommes et des travaux de femmes)  le principe hiérarchique (un travail d’homme « vaut » plus qu’un travail de femme). De l’oppression aux rapports sociaux : {Si la division sexuelle du travail a fait l’objet de travaux précurseurs dans de multiples pays (Madeleine  Guilbert, Andrée Michel,    Viviane    Isambert­Jamati…),    c’est   au    début    des années 1970 qu’il y eut  en France, sous l’impulsion du mouvement féministe, une vague de travaux qui allaient rapidement donner  des assises théoriques à ce concept.  C’est sur la prise de conscience d’une oppression ^spécifique : il devint alors collectivement « évident »  qu’une énorme masse de travail est effectuée gratuitement par les femmes, que ce travail est invisible, qu’il  est réalislisé non pas pour d’autres et toujours au nom de la nature, de l’amour ou du devoir maternel.  Ce fut, pour ne citer ^ que deux corpus théoriques, le « mode de production domestique et le « travail  domestique »  FEM 1500: Lecture 3 (c) le 30 jan 2014 02/04/2014 . |La conceptualisation marxiste — rapports de production, classes sociales définies par l’antagonisme  capital/travail, mode de production – était à à l’époque prépondérante dès lors que l’on se situait dans une  mouvance d
More Less

Related notes for FEM1500

Log In


OR

Join OneClass

Access over 10 million pages of study
documents for 1.3 million courses.

Sign up

Join to view


OR

By registering, I agree to the Terms and Privacy Policies
Already have an account?
Just a few more details

So we can recommend you notes for your school.

Reset Password

Please enter below the email address you registered with and we will send you a link to reset your password.

Add your courses

Get notes from the top students in your class.


Submit