Textbook Notes (369,072)
Canada (162,367)
FEM1500 (10)
Chapter

FEM 1500 Lecture #5 a, b.docx

9 Pages
55 Views

Department
Women's Studies
Course Code
FEM1500
Professor
Bourque, D.

This preview shows pages 1,2 and half of page 3. Sign up to view the full 9 pages of the document.
Description
FEM 1500: Lecture #5 (a) March 5th 2014   D’une tyrannie de l’apparence corps de femmes sous contrôle David Le Breton L’intériorité se résout en un effort d’extériorité. L’intimité s’efface devant l’extimité  Le corps est un écran ou projeter un sentiment d’identité toujours remaniable virtuel.   L’anatomie n’est plus le destin évoqué autrefois par Frued; elle est désormais un accessoire de la  présence une instance remaniable, toujours révocable.  . Le corps est un lieu de différenciation, un atout pour exister dans le regard des autres, et donc une valeur  à faire fructifier à travers le souci de soi. Qu’il s’agisse de la coiffure, de la peau (maquillage, tatouages, piercings…) ou des vêtements, chacun est  aujourd’hui surinformé sur les looks possibles et sur leur réception par les autres.  Tyrannie du corps féminin :  La femme se confond essentiellement avec son corps. Sa qualité de séduction est le centre de gravité de  l’appréciation sociale dont elle est l’objet plus que le sujet. « Les femmes souffrent « pour être belles’  la femme est souvent punie à cause d’elle (la séductrice, la femme fatale, etc.);   Aucune femme n’a droit au salut dans le présent, la beauté est un labeur.  une sévère discipline de vie quotidienne  pour se retrouver en jachère  Le corps de la femme est une guerre permanente afin de le tenir sous contrôle et qu’il ne s’éloigne pas des  impératifs de beauté.  Iir. Le corps de femmes « parfaites » s’expose partout sur les murs des villes, les spots publicitaires, les  magazines, les publicités des magasins ; impossible de ne pas les­voir et de ne pas se comparer dans le  regret de ne pas leur ressembler davantage.  Elles restent fidèles à un impératif de séduction et de forme qui pose leur valeur sociale sur le registre de  l’apparence et d’un modèle restrictif de la séduction. . Une tyrannie de l’apparence pèse sur elle et la prive d’une part de leur liberté, même si elle s’épanouit  aussi dans cette quête de beauté. Une majorité de femmes se vit dans l’insatisfaction de son corps, de son  poids, de son visage, de son âge.  La beauté est aujourd’hui l’objet d’une culture de masse, alimentée par l’individualisation du lien social, le  souci de soi, la baisse des coûts des produits, le culte de la jeunesse, la valorisation du loisir, etc.  De plus en plus d’adolescentes reçoivent aujourd’hui comme cadeau d’anniversaire une intervention de  chirurgie esthétique. Le souci de minceur  La plupart des femmes souhaitent maigrir. Ensler cite une étude effectuée auprès de femmes de milieux  défavorisés et issues de différentes cultures ; dans leur majorité, elles répondent qu’elles souhaitent perdre  du poids.  « Les cuisses des hommes servent à marcher, mais celles d’une femme doivent être non seulement  « utiles » mais belles ). La femme, comme l’homme, est son corps, dit S. de Beauvoir, mais son corps est  autre chose qu’elle » La beauté est une émanation de l’intériorité. . Ces produits choyés par le marketing se proposent de « nourrir » la peau de Tintérieur et de l’embellir.  Leur action repose plutôt sur les imaginaires qu’ils mettent en branle que sur une efficacité réelle.  Vieillir  Il n’y a qu’un « beau sexe », mais il est limité dans le temps, et le prix est lourd à payer de cemodeste  privilège.  Le risque là est de se sentir diminuée au fil des ans, de plus en plus négligeable, et de se battre à corps  perdu contre le temps.  Si die vaut ce que vaut son corps dans le regard masculin, sa valeur a déchu.  Le vieillissement est une défiguration et il doit se traiter comme une maladie. Suis vraiment dans une impasse atroce : grossir et maigrir vieillissent autantl’un que l’autre. Il va falloir prendre garde à surveiller tout ça. »  Cosmétiques rivalisent pour s’opposer aux rides, aux ridules, à la cellulite ou affiner la texture de la peau  pour qu’elle conserve sa jeunesse.  Le j temps, en ce qu’il est contraire à la jeunesse, est t l’ennemi absolu. Se revendiquant comme  alternative à la chirurgie esthétique, et posant donc dans l’absolu la nécessité d’effacer toute trace du  temps sur son visage.  De même, les injections de collagène, le lissage au laser, les peelings, la dermabrasion qui améliorent,  voire effacent les rides, améliorent le grain de la peau et son éclat  Le vieillissement de la population et les progrès en matière de santé, d’hygiène de vie, d’alimentation, etc.,  dans les pays les plus développés avec le sentiment de demeurer toujours « jeune » amène de plus en  plus de « seniors » à se soucier de leur apparence et, par exemple, à développer des soins de peau pour  maintenir un aspect de r jeunesse à leur teint. Les baby­boomers ne tolèrent pas de vieillir.  Rester jeune et désirable le plus longtemps possible traduit la volonté de mettre en conformité le sentiment  de soi avec l’apparence extérieure.  «La beauté n’a pas d’âge»,  « La tragédie de la vieillesse, ce n’est pas d’être vieux, c’est d’être jeune » Le risque pour la santé Ces deux caractères d’une peau noire et de cheveux crépus sont en effet associés à une position sociale  dévalorisée. Le défrisage est particulièrement fort dans les milieux sociaux privilégiés, avec la conviction  qu’un tel aménagement des cheveux rehausse leur valeur personnelle et participe de leur beauté. Si la couleur de la peau est un obstacle à la beauté, il importe alors de faire peau neuve en se rapprochant  d’une « blancheur » posée en absolue comme unique critère de séduction. Jn certain nombre de ces femmes ignorent ces conséquences, d’autres les connaissent mais continuent à  y recourir, parfois à l’insu de leur mari ou de leurs enfants, en pensant qu’il faut « souffrir pour être belle ».  No pain no gain.  Le travail de beauté ainsi exercé sur soi témoigne d’une volonté d’amélioration de la condition sociale de la  femme qui ne dispose pas d’autres atouts que ceux de son corps pour trouver un mari de bonne condition.  Pour d’autres, il il s’agit d’affirmer justement par corps une condition sociale favorable et de renforcer leur  reconnaissance.  La quête ne consiste pas seulement dans ‘assomption d’une nouvelle image de son corps, elle prend toute  sa mesure des conséquences S sociales, relationnelles et intimes attendues de l’intervention : une  meilleure séduction, l’attrait persistant de la jeunesse, etc.  FEM 1500: Lecture #5 (b) March 9th 2014  La quête d’authenticité : fondement éthique de la mode féminine  Mariette Julien  *a mode vestimentaire se veut un excellent indicateur des valeurs qui prévalent dans les communautés,  voire dans les sociétés.  Le sont les accoutrements gothiques à connotation morbide ou diabolique au déplacement du religieux. Semble justifier la popularité du paraitre rebelle : tatouages, piercings, crêtes iroquoises, barbes négligées,  têtes de mort
More Less
Unlock Document

Only pages 1,2 and half of page 3 are available for preview. Some parts have been intentionally blurred.

Unlock Document
You're Reading a Preview

Unlock to view full version

Unlock Document

Log In


OR

Join OneClass

Access over 10 million pages of study
documents for 1.3 million courses.

Sign up

Join to view


OR

By registering, I agree to the Terms and Privacy Policies
Already have an account?
Just a few more details

So we can recommend you notes for your school.

Reset Password

Please enter below the email address you registered with and we will send you a link to reset your password.

Add your courses

Get notes from the top students in your class.


Submit