PSY 1501 Lecture Notes - Lecture 4: Bulgarian Lev, La Nature, State Agency For National Security

14 views17 pages
19 janvier 2015
Chapitre 1 : Pensée critique
Plan du jour
1. Le besoin d’une psychologie scientifique
L’a-t-on toujours su ? Le biais de l’après coup
La confiance excessive
Percevoir un ordre dans les évènements fortuits
L’attitude scientifique : curiosité, scepticisme et humilité
La réflexion (pensée) critique
2. Comment les psychologues posent-ils des questions et y répondent-ils ?
La méthode scientifique
Description
Corrélation
Expérimentation
3. Le raisonnement scientifique dans la vie quotidienne
Décrire des données
Etablir des interférences
Différences significatives
4. Questions souvent posées à propos de la psychologie
Pourquoi les reposes obtenues par l’approche scientifique sont-elles plus fiables que
celles basées sur l’intuition ?
En fait, l’intuition est importante mais nous sous-estimons souvent ses dangers
Les limites de l’intuition et du sens commun
Les spécialistes de l’entretien d’embauche du personnel ont tendance à surestimer leurs
facultés instinctives dans le choix d’un candidat. Leur présomption provient de leurs
souvenirs des cas où leurs impressions favorables se sont avérées justes, et de leur
ignorance des candidats non retenus qui ont réussi ailleurs.
Le plus souvent, nous fonctionnons sur le pilote automatique
Comme nous le verrons, notre pensée, notre mémoire et nous attitudes opèrent à DEUX
NIVEAUX, conscient et inconscient, et la majorité des actions s’effectue
automatiquement, en dehors de l’écran de notre conscience
Le besoin d’une psychologie scientique
Biais de l’après-coup
Tendance à croire, après avoir eu connaissance d’un résultat, qu’on aurait pu le prévoir
Le phénomène de « je l’ai toujours su »
Unlock document

This preview shows pages 1-3 of the document.
Unlock all 17 pages and 3 million more documents.

Already have an account? Log in
19 janvier 2015
La conance excessive
Nous avons tendance à penser que nous en savons plus qu’en réalité. Lorsque l’on nous
demande à quel point nous sommes surs de nos réponses à des questions précises
comme : « La ville de Boston est-elle au nord ou au sud de Paris ? », nous avons tendance
à être plus confiants que de raison.
Voici les trois (3) anagrammes que Richard Goranson (1978) demandait aux gens à
résoudre :
AEYRR RAYER
EIOVL VOILE
GRABE BARGE
Temps estimé pour résoudre les anagrammes : 10 secondes
Temps moyen pour résoudre les anagrammes : 180 secondes
Pour représenter le temps pour savoir l’anagramme
Regard critique sur les bonnes et mauvaises séries au basket et à la bourse.
Expérience #1 (Wolfe et al. (2000)
Radiologistes: 25 Experts dans le domaine
Leur focus est sur des nodules blancs
Détermine s’ils sont efficaces à détecter des cas problématiques
83% ne remarquent pas le gorille dans le scan!
Expérience #2 (Wolfe et al., 2000)
Agent de sécurité dans les aéroports
Résultats démontrent que les agents sont efficaces, mais pas toujours!
POURQUOI, LORSQUE DES AMIS COMMENCENT À SORTIR ENSEMBLE,
AVONS-NOUS SOUVENT LIMPRESSION QUILS ÉTAIENT FAITS LUN POUR
LAUTRE
?
Nous souffrons souvent du biais de l’après-coup, une fois que nous avons appris le
résultat d’une situation, ce résultat nous semble familier et par conséquent évident.
Percevoir un ordre dans les évènements fortuits
Cherche à donner un sens au monde qui nous entoure
Parfois, c’est simplement le hasard et aucun ordre ne devrait être perçu
La probabilité que l’on vous serve l’une ou l’autre de ces deux mains est la même.
Ex : la chance est la même si ça tombe sur pile ou face. Entre l’essai 10 et 22, (deux pile
de suite, deux faces de suite)
Un pouvoir particulier ? Un couple a gagné deux fois à la loterie de Californie le même
jour
Psychologie sociale ? Vérifier car ce que les gens disent peut influencer. Peut être tout
simplement être le hasard
Unlock document

This preview shows pages 1-3 of the document.
Unlock all 17 pages and 3 million more documents.

Already have an account? Log in
19 janvier 2015
Le biais de l’après-coup, la confiance excessive et notre tendance à percevoir un ordre
dans des évènements aléatoires nous conduisent à surestimer notre intuition
--- Mais la recherche scientifique peut nous aider à laisser filtrer la vérité au milieu de
toutes ces illusions
L’attitude scientique : curiosité, scepticisme,
humilité
Derrière toute science, il y a curiosité obstinée, une passion d’explorer et de comprendre
sans tromper ni être trompé
On veut que cela marche au-delà de ça (les médicaments) et non parce que le
psychiatre le dit que ça fonctionne.
Y-a-t-il une vie derrière la science ? cette question dépasse la science. Y répondre
d’une manière ou d’une autre` requiert d’avoir la foi.
«L'imagination est plus importante que la connaissance » - Albert Einstein
Comment distinguer l’opinion (sens commun) des résultats valides et prouvés et
donc fiables ?
En ayant une attitude scientifique (scepticisme, curiosité, humilité)
Testons, accepter et prendre
Scepticisme : ce n’est pas parce que je ne veux pas croire, mais parce que je veux savoir.
Curiosité : sentiment profond est que si un Dieu ou chose de ce genre existe, notre
curiosité et notre intelligence nous ont été données par ce Dieu. Si nous réprimons notre
passion d’explorer l’univers et nous-mêmes, nous serions dédaigneux de ces dons.
Humilité : le but réel de la méthode scientifique est d’être certain que la nature ne vous
induise pas en erreur en vous faisant penser que vous savez quelque chose qu’en réalité
vous ne savez pas.
En soi l’idée (l’objet d’étude importe peu)
L’intérêt réside plutôt dans la réponse à ces trois grandes questions :
1. Est-ce que la théorie fonctionne (observable)
2. Est-ce qu’elle génère des hypothèses vérifiables ?
3. Est-ce qu’elle est reproductible ? {bonne hypothèse et personne peut arriver a la
même résultat donc c’est douteuse}
---- Le tout au sein d’une communauté scientifique qui vérifie à plusieurs reprend les
résultats et conclusions des uns et des autres
Dans les faits, toute idée ou toute hypothèse est potentiellement intéressante
L’obstacle, c’est que peu de gens sont en mesure de juger d’une idée en soi
Par contre, il est possible de porter un jugement sur les moyens mis en
œuvre pour tester l’idée et les hypothèses qui en découlent
C’est à dire juger de la validité de la méthode –
Unlock document

This preview shows pages 1-3 of the document.
Unlock all 17 pages and 3 million more documents.

Already have an account? Log in

Get access

Grade+
$10 USD/m
Billed $120 USD annually
Homework Help
Class Notes
Textbook Notes
40 Verified Answers
Study Guides
1 Booster Class
Class+
$8 USD/m
Billed $96 USD annually
Homework Help
Class Notes
Textbook Notes
30 Verified Answers
Study Guides
1 Booster Class